Le rhum agricole Trois-Rivières: notre découverte du festival Martinique Gourmande

trois-rivieres-1

Pour une 8e édition, le festival Martinique Gourmande vient de tirer sa révérence sur Montréal. À travers plus d’une trentaine d’établissements – restaurants et bars confondus – les Montréalais ont eu la chance de découvrir les saveurs de la Martinique parmi des plats et des cocktails spécialement préparés pour l’occasion.

Au fil de l’événement, j’ai eu la chance de goûter à quelques confections à la saveur des Caraïbes, mais l’un d’entre-eux a particulièrement retenu mon attention, ainsi que celle de mes papilles gustatives: le rhum agricole Trois-Rivières. Je ne connaissais pas ce produit, et je peux vous dire que ce sera dorénavant un classique permanent dans mon bar personnel.

trois-rivieres-3

First things first, qu’est-ce qui différencie le rhum agricole du rhum traditionnel? Pour commencer, l’ingrédient principal. Un rhum agricole sera préparé à partir de la fermentation du jus de canne à sucre fraîchement broyé, tandis que le rhum « traditionnel » sera concocté à partir de mélasse, donc de produits de sucre modifié. Chez les rhums Trois-Rivières, on retrouve trois catégories: blanc, ambré et vieux.

Le premier que j’ai goûté était le rhum blanc. Dès la première gorgée, on retrouve des notes minérales et même salées, ce qui est relativement particulier pour ce type d’alcool. On doit cette caractéristique à la proximité de l’océan, qui balaye les champs de cannes à sucre de la plantation. Pour accompagner des huitres, disons qu’on frôle la perfection.

trois-rivieres-2

Le rhum ambré est fabriqué selon la même méthode, mais est conservé de 12 à 18 mois dans des barils de chênes, ce qui lui donne un goût légèrement boisé. Le «vieux rhum» se distingue par ses notes boisées, fruitées ou épicées. La version martiniquaise est reconnue à travers le monde, grâce à la technique de vieillissement en fûts de chênes de diverses origines, pour une durée minimale de trois ans.

Que vous soyez connaisseur ou débutant dans le monde du rhum, le Trois-Rivières est assez incroyable. Ayant remporté plusieurs prix, dont le prix d’excellence remis par le Ministère de l’Agriculture en 2014, il porte également l’appellation d’origine contrôlée du rhum agricole de la Martinique, reconnu à l’échelle internationale.

Cheers!

Plantation Trois-Rivières
Génipa, Martinique

Photos: Robin et les Superheros

Top 5: où découvrir la Martinique Gourmande?

img_1761

On vous a récemment parlé du festival Martinique Gourmande, qui amène ses menus colorés et éclectiques dans plusieurs établissements montréalais. Des assiettes fusionnant la cuisine française et indienne, avec une influence remarquable des Caraïbes. Côté mixologie, on travaille beaucoup avec le rhum agricole et les saveurs fruitées. Ça fait durer l’été et on aime ça. Parmi la trentaine de bars et restos, voici ceux que l’on vous recommande. Enjoy!
 

Chez Ma Grosse Truie Cherie

truie1
Chez Ma Grosse Truie Cherie, c’est un de mes spots favoris en ville. Ne serait-ce que pour la qualité de création et la recherche d’ingrédients qu’on retrouve dans le menu, mais aussi pour la grande terrasse intérieur ultra-confortable. Ici, un retrouve une table d’hôte complète, tout au long du festival Martinique Gourmande.
(Photo: Chez Ma Grosse Truie Cherie)
 

Les Incorruptibles

cocktail-les-incorruptibles
Je me rends normalement chez Les Incorruptibles pour le brunch – qui vaut vraiment le détour – mais ce weekend, je m’y rendrais probablement pour un petit 5 à tard, histoire de profiter du cocktail créé spécialement pour l’occasion: l’Incorruptible Martiniquais. On y retrouve du rhum Trois-Rivières (que j’ai eu la chance de découvrir grâce à Martinique Gourmande, un excellent produit), sirop d’érable, un blanc d’oeuf, purée de lait de coco, banane, ananas, ainsi que deux goûtes d’Agostura. Le tout mixé et servi avec noix de coco râpée. L’automne, vous avez dit? #lol
(Photo: Les Incorruptibles)
 

Petite Maison

13769563_1671356293182673_5040580428196073132_n
Depuis que j’ai visité La Petite Maison pour mon anniversaire, c’est devenu un endroit que j’adore recommander. Le chef Danny St-Pierre arrive toujours à faire ressortir la simplicité et l’authenticité des aliments, tout en transmettant le respect qu’il a pour ces derniers. Cela se traduira également dans le menu spécialement conçu pour la Martinique Gourmande: beignets de morue avec purée d’avocat au citron vert, accompagnés d’un cocktail de cantaloup à la muscade, et couronné par un pudding au rhum et caramel avec prunes bleues. Du soleil dans le Mile-End!
(Photo: La Petite Maison)
 

Barraca

img_1761
Le Barraca, c’est là qu’on se rend si on veut boire du bon rhum sur le plateau. Ce n’est donc pas une grande surprise de retrouver le bar dans les établissements participants de Martinique Gourmande! Ici, le staff nous a préparé le Royal James, constitué de rhum agricole de première qualité St-James, gingembre frais, purée de fraise, jus de mangue, lime, sirop de canne, amers de pamplemousse, et pour ajouter un peu de bulles fancy là-dedans, on termine le tout avec du Cava. Parfait pour profiter de l’été des Indiens encore un peu – parce que leur terrasse est vraiment belle, en plus de cela.
(Photo: Marie-Christine Lessard)
 

Robin des Bois

flan-martinique
On termine le tout en beauté, avec un petit dessert coloré: le flan au lait de coco Martiniquais. Concocté avec du lait de coco, vanille, sucre, eau, oeuf, rhum et lime, on couronne le plat avec un sablé de coco, ainsi qu’un coulis de mangue et citron vert. Aussi, pour ceux qui ne le savaient pas, le restaurant Robin des Bois verse ses profits à différentes oeuvres de charités, comme le vrai Robin. Manger pour une bonne cause, yes please.
(Photo: Robin des Bois)
 

Martinique Gourmande
Du 15 au 25 septembre 2016
www.martiniquegourmande.ca
 

Contenu sponsorisé

De l’Italie vers le Québec, le prosecco Mionetto débarque chez nous

14303759_10154861707686494_948287526_o

Tout droit du nord-est de l’Italie, le prosecco Mionetto fera son entrée à la SAQ au courant de l’automne. Après avoir charmé plusieurs des bons établissements italiens de Montréal, l’étiquette orange continue de frayer son chemin chez les québécois.

En attendant que les bulles vous montent à la tête, voici l’album d’Ariane, qui est allée faire un tour chez Fiorellino, lors de la soirée de lancement.

Cheers!



Photos: Ariane Simard-Picard

La Martinique s’amène à Montréal pour une 9e édition gourmande

14349139_10153961710350642_1376648208_n

Le mois de septembre: l’automne qui arrive; les feuilles qui rougissent; la vague de froid qui s’amène sur les rues… JOKE! C’est encore l’été pour un petit bout – et le sunshine est encore plus fort sur Montréal. Du 15 au 25 septembre prochain, la Martinique Gourmande prend possession de plusieurs restos de l’île et de l’imaginaire de leurs chefs, pour une 9e édition.

First thing first, qu’est-ce qui caractérise la cuisine de la Martinique? Pour faire ça simple, on pourrait dire que c’est une fusion entre la gastronomie française, indienne et celle des Caraïbes. Des mets et des cocktails à la fois éclectiques, goûteux et raffinés.

14349033_10153961707480642_1367346826_n

Ce qui a motivé les fondateurs du festival à créer un événement de la sorte au Québec, en 2008, c’est le love partagé par les martiniquais et les québécois pour l’art de vivre – et encore plus à Montréal. La vision du sud se combine parfaitement avec la diversité de notre scène culinaire, l’attrait pour les ingrédients originaux et la créativité que l’on retrouve dans les assiettes.

Cette année, on retrouve plus d’une trentaine d’établissements dans la liste des restaurants participants. Parmi ces derniers, on retrouve Chez Chose, Carte Blanche et Ateliers & Saveurs, fidèles depuis la toute première édition. Pour plusieurs restaurateurs, Martinique Gourmand et l’un de leurs événements favoris. Mettons que ça apporte une bonne dose de soleil avant de s’enfoncer dans l’hiver québécois! De notre côté, on a assez hâte de ressentir le vibe et goûter à tout cela.

Pour donner le ton, l’invité d’honneur du fest sera Jean-Charles Brédas, chef martiniquais honoré plusieurs fois – et propriétaire du restaurant Chez Brédas, dans la ville de St-Joseph. Récipiendaire de la Clé d’Or remise par Christian Millau (a.k.a le fondateur du guide Gault & Millau), il fait également parti du groupe des Maîtres Cuisiniers de France depuis 2014, où il rejoint les rangs aux côté de notre best bud Jérôme Ferrer.

14302823_10153961707475642_1359835793_n

Ce sera chaud dans les rues de Montréal! Stay tuned pour nos propositions d’établissements à visiter lors du festival – on vous sort ça d’ici les prochains jours.
#foodfirst
 

Martinique Gourmande
Du 15 au 25 septembre
#MGFest2016

Photos: Marie-Christine Lessard

L’Gros Luxe Végé : l’option 100% verte sur le plateau

DSC00698

Depuis quelques temps, L’Gros Luxe laisse sa trace sur Montréal comme si y’avait pas de lendemain. On connait bien le concept qui mise sur des repas originaux et peu dispendieux composés d’ingrédients locaux. Que ce soit dans le Mile-End, dans le Sud-Ouest, sur le Plateau, ou même sur la rive-sud, on y va pour la bouffe, mais aussi pour l’ambiance et le décor top notch de l’endroit.

Tout récemment, L’Gros Luxe Plateau – situé sur la rue St-André – a adopté l’optique 100% végétarien. Mettons qu’on était assez contents d’apprendre ça, surtout parce que le burger végé du Gros Luxe, c’est pas mal le seul en ville qu’on peut manger jusqu’au bout sans qu’il ne se déchire en 27 morceaux. Un burger solide dans tous les sens. Yeah.

Notre photographe Ariane était présente lors de la soirée d’ouverture et of course, elle est allée se balader en cuisine. Selon elle, il s’agit de l’un des meilleurs vibes qu’elle a ressenti entre les membres du staff, toute cuisine montréalaise confondue. Props!

Sur le menu, on retrouve les fameuses frites d’avocats, mais aussi de nouvelles additions comme les tacos bahn mi et l’hummus de betteraves.

Voici donc une série de clichés de l’event, question de vous mettre un peu l’eau à la bouche… ah oui, et le concept se transporte également à l’heure du brunch, le weekend. PIS ils font leur vin maison.

#justsayin’

 
L’Gros Luxe Végé
3807 Rue Saint-André

Crédit photo: Ariane Simard-Picard

Terrasse sur l’Auberge : une vue 360 degrés sur le Vieux-Montreal

13482934_1188199214545522_9032361661515434510_o

Si vous êtes comme nous, vous faites partie des premiers courageux à crier « victoire » lorsque vous vous tapez votre première terrasse de l’année, à 5 degrés celsius (#classicMTL). Parce que qui dit terrasse, dit ÉTÉ. Ça va ensemble.

Le Vieux-Montréal, c’est l’un de nos quartiers favoris sur l’île, hands down. La seule raison pour laquelle on ne se prend pas un grand loft à trois dans cette région de la ville, c’est que toutes les épiceries sont loins. (Et ok, parce qu’on a pas encore 4000$ par mois à mettre sur un loyer, fine). Cependant, on peut tout de même apprécier le vibe de l’endroit grâce aux restos.

La semaine dernière, on a assisté à l’ouverture de la Terrasse sur l’Auberge, située directement sur le toit de l’Auberge du Vieux-Port. Ce qu’on a le plus apprécié, c’est sans aucun doute la vue. D’un côté, le fleuve et le port; et de l’autre, la vieille partie de la ville – le tout agrémenté du pont Jacques-Cartier, du dôme du Marché Bonsecours et de couchers de soleil assez impressionnants.

Un endroit parfait pour siroter un verre de vin pour un 5 à 7, ou encore en regardant les feux d’artifices, tsé.

On vous laisse sur les clichés de Maxime!

Terrasse sur l’Auberge
97 de la Commune Est

Photos: Maxime Caron

Entrevue: le Labo Culinaire dit au revoir à Michelle Marek

DSC08822

Pour les habitués du Labo Culinaire Foodlab, le resto de la Société des arts technologiques [SAT], vous savez probablement reconnaitre la simplicité toute en finesse de la cuisine de la chef Michelle Marek, pour qui les ingrédients saisonniers sont au centre de son art.

Ceci pourrait être un article un peu triste, car il s’agit de ses derniers jours aux commandes des fourneaux de l’établissement, mais la semaine dernière, on s’est entretenu avec elle – entre deux cocktails préparés par le charmant mixologue Etienne – et elle entrevoit de bonnes choses pour le futur. Autant au niveau personnel que pour la SAT.

DSCF6568BASIC+

On arrive vers 17h. Il fait beau, la terrasse est pleine, Michelle arbore un air décontracté dans sa cuisine extérieure. Elle est en train de préparer de la pâte à pain, avant le faire lever le tout à même les flammes du barbecue géant. « Ah, ça… c’est juste un test. On verra ce que ça donne! »

Après cinq années à la tête du Labo Culinaire, elle sent qu’il est temps de passer le flambeau. « L’été ici, c’est complètement fou. J’adore ça, mais c’est fou. J’ai besoin de me recentrer, d’aller à la campagne. Faire du jardinage, de la natation. »

À voir la terrasse remplie à craquer, on a pas de misère à le croire.

On l’accroche un peu plus tard entre la cuisine et le bar, alors qu’elle prépare des assaisonnements.

DSC08840

MC: Ok, on aimerait en savoir un peu plus sur toi. Sans tomber dans l’énumération du CV, c’est quoi ton background? As-tu toujours cuisiné à Montréal?
M: Oui, Montréal est le seul endroit où j’ai cuisiné. Avant d’être ici, j’ai évolué dans les cuisines du bistro français Laloux, sur la rue des Pins.

MC: Qu’est-ce que tu penses de la scène montréalaise ?
M: Je dirais que ce qui m’a le plus accroché, c’est l’ouverture d’esprit, autant chez les clients que chez les restaurateurs. Contrairement à d’autres endroits, on ne ressent pas nécessairement de compétition. Tout le monde s’entraide, il y a une espèce de fraternité entre les gens de l’industrie. Et les adeptes de bonne bouffe sont toujours willing d’essayer de nouveaux trucs.

MC: Qu’est-ce qui t’as le plus allumé à la SAT et au Labo Culinaire?
M: Quand je suis arrivée ici, il y a maintenant plus de 5 ans, on avait carte blanche. Tout était à faire. On est parti de rien et on a tout créé. Je suis vraiment fière de ce qu’on a réussi à apporter, avec le peu de moyens qu’on avait devant nous: pas de cuisine, pas d’installations, pas de staff. On nous a permis d’expérimenter sur plusieurs niveaux et je pense qu’on est arrivés avec quelque chose d’assez unique à Montréal.

DSC08831DSC08805

MC: Avec quel ingrédient aimes-tu le plus travailler?
M: Ok, je dois dire que la camomille fraîche, ça me fait capoter. Juste l’avoir dans mes mains, je trouve ça fou. Sinon, tous les aliments qui sortent au printemps – comme les bébés céleris. J’ai l’impression que tout le monde attend le printemps avec tellement d’impatience que c’est le genre d’ingrédient qui rend les gens heureux.

* Ariane + MC = ahwwww oui! *

MC: Qu’est-ce que tu aimes le plus des Montréalais?
M: J’ai l’impression que ce sont des gens qui rentrent à 100% dans ce qu’ils font – surtout l’été. Peut-être que c’est parce qu’ici l’été est court, alors ils veulent profiter, mais partout en ville, les gens sont actifs et embarquent dans une tonne d’activités. Ne serait-ce qu’avec les pique-niques dans les parcs, ou simplement avec les tables de ping pong dans les parcs, par exemple. La saison est courte, mais right on.

DSC09057

MC: Qu’est-ce qui t’énerves le plus des Montréalais?
M: On dirait que depuis quelques temps, il y a un trend qui penche vers l’abondance, vers le trop. Trop gras, trop extrême, trop extravagant. On a juste à penser à la popularité du foie gras, du pulled pork, de la friture… parfois, c’est too much.

MC: Ok, pour terminer, est-ce que tu penses rester à Montréal?
M: Pour le moment, je n’ai absolument aucun plan. Probablement, mais je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est que peu importe où je vais et dans quel endroit je me retrouve, je resterais toujours à Montréal d’une manière ou d’une autre.

Sur ces mots totalement parfaits, farewell Michelle – on se reverra!
 

Photos: Ariane Simard-Picard & Maxime Caron

Le Z Tapas Lounge : fraîcheur, good vibes et cuisine latino-américaine dans le Quartier des spectacles

DSC08344

Montréal, l’été, le Quartier des spectacles. Difficile d’avoir un vibe plus festif que ça. Que vous soyez un touriste ou un Montréalais, vous y trouverez assurément votre compte – que ce soit pour assister au Festival de Jazz de Montréal, aux Francos, pour aller voir un show de l’OSM, ou seulement relaxer aux abords des merveilleux jets d’eau (et peut-être même jouer à maestro).

Mis à part la tonne d’activités à faire downtown, il faut penser à l’essentiel: la bouffe.

Une nouvelle addition sur la scène culinaire du centre-ville: le Z Tapas Lounge, a.k.a le restaurant de l’Hôtel ZERO1. En plus de l’ambiance moderne élégante, mais à la fois décontractée, vous avez le choix d’une sélection de plats qui sort de l’ordinaire.

Originaire du Vénézuela, c’est la chef Marielvi Falvino qui est aux commandes des fourneaux et des chaudrons. Après de longues années à voyager à travers le monde, elle s’inspire de ses vagabonderies dans la création de ses recettes et sa façon de cuisiner.

En plus des influences latino-américaines, on retrouve dans ses plats beaucoup d’éléments qui nous rappellent l’Australie et la Nouvelle-Zélande, où elle a passé beaucoup de temps.

En attendant d’aller prendre un verre et déguster quelques bouchées colorées au Z Tapas Lounge, voici quelques snaps capturés par Ariane, lors de la soirée d’ouverture!
 


 
Z Tapas Lounge
1165 boulevard St-Laurent

Photos: Ariane Simard-Picard

La quatrième édition du Lobster Clam Jam : soleil, homard et mojitos à l’horizon!

IMG_3477

On ne sait pas pour vous, mais il n’y a pas grand chose dans la vie qui sonne plus doux aux oreilles que « terrasse immense, soleil, homard et drinks rafraîchissants pendant 9 heures ». All day, errrrday. Please.

Pour une quatrième édition, le Lobster Clam Jam s’installera sur l’Esplanade du Centenaire aux abords du Canal Lachine, le 22 mai prochain, entre midi et 21h. (En tout cas, nous on va être là, du matin au soir). En plus, une partie de l’argent récolté durant la journée sera remise à la fondation pour l’enfance Starlight. Manger pour une bonne cause, ou comment mêler l’utile à l’agréable.

IMG_4671IMG_4650

Au menu: 24 des meilleurs restos montréalais seront sur place pour appréter l’un des ingrédients les plus raffinés et goûteux du monde culinaire: le homard. Parmi eux, on retrouve le Méchant Boeuf, Bocata, Joverse, et l’un de nos prefs, Kyo Bar Japonais.

Pour bien faire descendre tout ça, Bacardi sera également présent pour concocter quatre recettes de mojitos. Vous avez une meilleure option pour vraiment starter votre été? Impossible.
 

Le Lobster Clam Jam
Esplanade du Centenaire du Canal Lachine
22 mai 2016, de midi à 21h

Photos: gracieuseté du Lobster Clam Jam

Wienstein & Gavino’s : un menu italien gluten-free downtown Montréal !

DSC03925

Wienstein & Gavino’s, c’est un landmark du centre-ville montréalais. Établi sur la rue Crescent depuis 1996, le gigantesque resto de trois étages sert des repas italiens 7 jours sur 7, dans un édifice assez impressionnant. Je n’y avais jamais mis les pieds avant ce soir, et j’ai sérieusement été marquée par le décor et la grandeur de l’endroit. C’est vraiment, vraiment grand. Et ça, c’est sans parler du stationnement intérieur de 6 étages situé au sous-sol. Pas le temps de niaiser.

Grâce à sa location, la clientèle est vraiment diversifiée: des touristes (#downtownvibes), un crowd de bar (merci à l’immense bar rectangulaire du rez-de-chaussé et aux nombreuses terrasses), des familles et une bonne partie de la communauté italienne de Montréal. Disons que de l’action, c’est pas ce qu’il manque.

DSC03948

Mais bon, on est pas ici pour vous donnez un cours d’histoire sur Wienstein & Gavino’s, mais bien pour annoncer la bonne nouvelle: depuis quelques semaines, il est possible d’y déguster un menu 100% gluten-free.

« On est conscients que la clientèle évolue et qu’on doit s’adapter. On a développé un menu complet; on a donné un training au staff sur tout ce qui gravite autour du gluten; on a mis en place de nouvelles méthodes de manipulation en cuisine pour éviter la contamination croisée; et on s’est associés avec la boulangerie locale Baked2Go pour certains produits. »

DSC03879

C’est ce que nous raconte l’un des responsables de l’endroit, pour qui le resto et sa clientèle sont à l’avant-plan, et ça paraît.

« La bouffe, c’est fait pour partager, avec tout le monde. C’est fait pour ça. Et je vous le dis, même si c’est gluten-free, c’est bon! »

On ne peut probablement pas sortir la culture italienne authentique de l’homme, mais une chose est certaine: on feel ce qu’il nous dit.

DSC03845

Après quelques snaps en cuisine et devant l’énorme four à bois, on s’attaque au menu. On commence avec une classique salade Caprese (tomates, pesto de basilic, mozzarella fior di latte, huile d’olive) et une assiette de saucisses épicées accompagnées de pepperonata et fromage ricotta fouetté. Ça commence très bien. La salade est hyper fraîche et l’assaisonnement de la saucisse est à point.

DSC03884DSC03891

On enchaîne avec l’osso bucco de veau braisé avec sauce Milanaise. Bon, je dois dire que cette recette, c’est l’une de mes favorites au niveau de la cuisine italienne. J’ai complètement adoré la sauce, qui débordait d’ail (because y’en a jamais assez, selon moi) et qui accompagnait les pennes de farine de maïs à merveille. Bien entendu, j’ai dévoré la moelle en quelques instants. J’ai été légèrement déçue face à la viande, qui aurait pu être plus tendre.

DSC03913DSC03925

Nous avons aussi eu la chance de goûter au mac & cheese de homard. Si vous êtes fan de fromage, de crème et de texture onctueuse, c’est ce que vous devez sélectionner sur la carte. On a même ajouté du parmesan frais, pour atteindre le summum du cheesy! La portion de viande de homard était généreuse et la sauce était très bien balancée.

(Là, c’est le moment où on a demandé des doggy bags et qu’on a prit un break.)

Après notre intermission forcée, on termine avec le gâteau au chocolat – toujours sans gluten – servi avec coulis de fraise et sauce Nutella. Je ne suis pas une adepte de sucre et de chocolat, mais avec un espresso, ça termine bien un repas.

DSC03862

Je dois dire que j’ai été assez impressionnée du grand choix de plats gluten-free sur le menu. La terrasse du Wienstein & Gavino’s est assurément un endroit à adopter pour l’été, lors de vos passages au centre-ville. Avec ou sans gluten.
 

Wienstein & Gavino’s
1434 rue Crescent

Photos: Ariane Simard-Picard